Cuisine·Fin d'année·Pasta

De ma cuisine à la votre

Fettucine #2
Fettucine # 1

Nous sommes le deuxième dimanche de l’Avent,la période de préparation de la venue du Seigneur dans la liturgie catholique.Lorsque j’étais encore un catholique pratiquant je me rappelle que le prêtre  insistait sur l’importance du partage durant cette période. Je suis d’une générosité naturelle et je rançonnais  les poches de mes parents (oui pour une fois le paternel ne faisait pas son radin) pour contribuer à la collecte annuelle de Noel en faveur des plus nécessiteux.

Cela fera trois ans que je boycotte Noel, l’an dernier un de mes amis m’a offert des guirlandes lumineuses, cette année j’ai reçu des boules et j’ai même sorti la crèche en terre cuite de ma mère.Je ne sais pas encore si je vais me décider à faire toute la mise en scène traditionnelle :les fêtes de fin d’années me rappellent trop la grande absence de celle qui prenait un plaisir presqu’ enfantin à décorer la maison. Je me suis dit que j’allais chercher une alternative à tout ça et selon mes cogitations il y a plus de chances que je refasse mon jardin de plantes à thé qu’autre chose mais bon la crèche ferait un effet très tendance au milieu de mes plantes et je suis sûr que ce sera plus confortable que l’étable.

Pour revenir au sujet principal demon texte le partage de l’Avent je me suis décidé en collaboration avec ma grande amie Vanessa (Saveurs du Chef) de partager avec vous au moins une recette chaque semaine que vous pourrez réaliser pour un groupe d’amis ou seul.Certaines recettes demanderont éventuellement une connaissance niveau intermédiaire en cuisine mais tout le bonheur de la bonne bouffe vient de la possibilité de partager le repas avec un être cher plus expérimenté (moi en l’occurrence).Mesdames et messieurs à vos cahiers de notes, à vos fourneaux et faites plaisir à votre palais :

Pour 8 personnes :

1 gros paquet de Fettucine                                   Du sel à volonté

 2 livres de crevettes                                             1 cuillère à café de poivre   

1 branche de poireau

3 gousses d’ails

¼ de fromage parmesan

¼ de fromage Kraft blanc                                                      

1 petite boite de crème fraîche

  1. Dans une marmite vous faites bouillir les fettucine, ajoutez-y le sel, l’ail et le poireau (pour les débutants il faut attendre que l’eau soit frémissante avant d’y plonger les pates) selon les indications du paquet. Le temps de cuisson ne devrait pas
  2. dépasser 12-15 minutes mais chaque marque a ses particularités.
  3. Faites cuire les crevettes et faites les sauter en attendant la sauce.
  4. Laissez reposer les pates dans de l’eau glacée pour qu’elles ne collent pas durant la préparation de la sauce
  5. Dans une casserole faites fondre un morceau de beurre(margarine) dans la crème fraîche à feu moyen.Ajoutez du sel, du poivre selon vos préférences
  6. Ajoutez les fettucine et les crevettes à la sauce et le tour est joué.

Na ban mwen nouvèl !

Pour la recette numéro 2 suivez les étapes 1 à 3 , pour l’étape 4 ajoutez de la sauce Ragu à la place de la crème fraîche.

P.S.Je découvre la plume de Flora Groult, nous causerons littérature en 2019.Des aubergines farcies ça vous tente ?Rendez-vous au prochain billet ! Je peux réaliser ces plats pour vous (à vos frais wiiiii) moyennant une bonne bouteille de vin !

Publicités
humeur·Non classé

Où commence l’infidélité ?

Copyright E.Edward

Où commence l’infidélité ?

Je me suis posé la question toute la semaine après une discussion haut en couleur avec un groupe d’amis. Il n’y a pas de réponses fixes je vous le dit de but en blanc, chacun définit ses propres règles.

-Scénario 1-

Dans le couple de S. par exemple ils se sont promis de ne pas aller voir ailleurs sans l’accord de l’autre, du coup pour elle si son compagnon se trouve à cacher son portable elle se sentira non pas menacé mais de préférence mise de coté.Pour S. les hommes sont tous plus ou moins des chasseurs tôt ou tard ils finissent par aller voir ailleurs question de booster leur égo.

J. quant à lui est intraitable  « Depi madanm mwen nan ekri ak lòt nèg epi manzè ap ri mwen santim menase,se tronpe li pral tronpe m » mais monsieur est pris de cours lorsque sa compagne fait allusion au fait que lorsqu’ils sont en public il reluque d’autres femmes sans qu’elle ne se sente menacée pour autant. Elle avoue regarder des femmes aussi parce qu’elles sont des sources d’inspirations pour son look.

J. et S. sont assez libéraux dans leurs couples et la notion d’infidélité est plutôt fluide en fin de compte.

-Scénario 2-

Je l’ai vu venir et dès le premier regard je lui ai dit dans ma tête je te voudrais bien,j’étais accompagné et je cherchais à m’éclipser pour avoir son numéro de téléphone.Et  puis je t’ai regardé et je me suis rappelé que nous nous étions dits oui librement et sans contraintes. J’avais promis de tout partager avec toi et même si déshabiller  quelqu’un d’autre du regard relevait du fantasme, nous sommes tous humains et nous avons tous des pulsions parfois difficiles à contrôler, c’était trahir en quelque sorte la promesse que je t’avais faite : la sincérité !

-Scénario 3-

J’ai effacé le message que « cutie1234 » m’avait envoyé rien de bien spécial mais je me suis dit que tu te ferais des idées et que ça nous mènerait à une énième dispute que je tenais à éviter malgré tout. Je suis passé à ton boulot, j’avais préparé ton plat préféré et je savais que la surprise te plairait nous étions le couple parfait à la ville comme sur les réseaux. J’ai vu ton collègue t’enlacer mais lorsque tu m’as embrassé passionnément dans ton bureau je me suis dit que je devenais parano. Nous sommes le couple comme il faut.

Scénario 4 non on arrête un peu la fiction. Il y a moi, territorial comme lui seul et tous les principes sur la monogamie que je me tape tous les jours. Je dois avouer que la monogamie est un principe nouveau pour moi (j’étais très jeune et fou)auquel je m’adapte tant bien que mal et il y a aussi tout le respect que je cultive pour moi-même et envers les autres qui me sert de garde-fou. Je ne suis pas parfait, mon intérêt pour les visages et pour les corps n’est pas toujours artistique et je me serais permis toutes les folies certains jours, mais je crois que les engagements entre humains ont une valeur sacro-sainte. Oui je fais nunuche, vieux jeu  etc. j’aime à l’ancienne avec tout ce que ça inclus. L’engagement sous-entend un minimum de respect de soi donc de l’autre. L’engagement sous-entend que nous sommes deux adultes conscients du choix que nous faisons. L’infidélité peut être une broutille pour vous et être une affaire d’état pour votre partenaire. Il est facile de céder à la tentation et de blâmer la faiblesse de la chair, le verre de trop etc. L’engagement en lui-même est un acte de toute beauté mais c’est aussi un mot lourd en responsabilité.La prochaine fois que vous voudrez faire un ti pa chat rappelez-vous qu’il y a aussi dans le mot « ENGAGEMENT »

-Je te respecte du coup je ferai attention à ne pas te blesser

-Je ne te mettrai pas dans des situations embarrassantes

-Je communiquerai

-Je dirai la vérité

Et pour vous où commence l’infidélité ?

Non classé

Loving me..Loving you too!

IMG_8208.JPGJe me suis donné toutes les échéances pour ne pas écrire cette publication je m’étais dit que l’écrire formellement risquerait probablement de jeter un sort à cette histoire toute fraiche mais en même temps si riche. Mon manuscrit est prêt ! Et je tergiverse avant de le soumettre à l’éditeur pour avoir son avis, deux semaines ça doit être long non ? J’ai reçu un bon feedback des pré-lectures. Certains auraient voulu une histoire plus longue mais moi je suis plutôt histoire courte sans intrigues trop corsées, des histoires qui parlent de nous, de vous ou de moi. Des histoires banales au premier regard mais si riches en leçons de vie. J’imagine ce qu’un parent doit ressentir le premier jour à la maternelle : une sensation entre le ravissement d’avoir un peu de temps pour soi et l’inquiétude concernant les petites habitudes de son nourisson.Du stress en permanence et des remises en question perpétuelles. Des fois que je presserais le bouton EFFACER de mon clavier et tout serait comme avant (mais non le manuscrit est sur tous mes clouds et il existe une copie en sécurité chez quelqu’un).

Je suis aussi excité, ce n’est pas ma première publication mais c’est la première fois que j’en fais une aussi sérieuse sans main pour censurer mes mots. Comme un grand quoi ! Et puis il y a cette histoire d’amour dans laquelle je me suis embarqué en emportant mon cerveau avec moi. Une belle dose de SAPIO-SEXUALITÉ, oui en deux mots puisque des deux côtés je suis comblé :son intelligence est aussi belle que ses prouesses euh oui il y a des enfants qui lisent je devrais calmer mes ardeurs et revenir aux choses plus pudiques.

Bon oui pour la vérité et pour l’histoire mwen pat vòlè menaj lòt la. Je n’ai pas fait mon enfant gâté et je suis resté dans les limites cordiales de l’amitié et je ne regrette pas le concours de circonstances qui a permis que je rencontre J. et qu’entre nous ça ait collé si vite et si bien.

Je ne lui ferai pas de déclarations aussi présomptueuses que celle de mon histoire précédente. J’ai retenu la leçon et je prends les choses un jour à la fois. Il n’y a pas d’histoire parfaite, tous les beaux sourires cachent parfois une désespérance proche du suicide et je demande pardon si j’ai laissé penser à certaines personnes que ma vie était parfaite, mieux que la leur. Non ma vie est tout aussi merdique que la vôtre, c’est juste qu’à force de sourire tout le temps c’est devenu un réflexe de protection contre les « Tu dois être fort, met gason sou ou, Dieu y pourvoira etc ».Tu es tellement habitué à aller bien pour les autres que tu t’oublies et que tu n’entends pas sonner ta propre sonnette d’alarme. Je suis fort pour passer du coq à l’âne mais en écrivant  je me suis soudainement rendu compte que moi aussi je jouais le jeu que la société voulait que je joue : tout va bien Madame la Marquise.Et fort souvent tout va mal, tout part en couille et tu te dis qu’un peu d’aide te ferait du bien mais en même temps tu sais que tu ne seras pas compris et tu t’enfonces encore plus avant de te relever pour continuer la vie sinon c’est elle qui continue sans toi. Je  redemande pardon sincèrement à toutes les personnes qui ont cru que je ne connaissais pas ces moments-là. On tombe tous un jour le plus important est de se relever à son rythme pas au rythme qu’on nous impose…Pardon !

Et à Toi que j’aime tendrement sans réserve, sans faux-semblants et sans peur du lendemain. Toi qui connais mes faiblesses,toi à qui je parlerai désormais les jours où ça ira moins bien.Notre rencontre a changé tous mes plans de célibataire et je ne peux que te remercier.

Amoureusement tient,

Georges

 

PS: Avez vous vu les photos « Limye Rouj »? Sinon je suis sur instagram : @fotografgio

humeur·Non classé

Sexfriend

Copyrights:Google

Sexfriend : Nom commun, masculin et féminin: Se dit de cette personne bien intentionnée qui nous dépanne de temps à autre durant les périodes de disette émotionnelle et sexuelle avec qui vous avez une entente tacite. Ne pas confondre avec le coup d’un soir qu’on ne rappelle pas voire même qu’on oublie une fois notre coup tiré.

Le SEXFRIEND(SF)est une activité plus ou moins lucrative ne feignez pas la surprise, on a presque tous eu quelqu’un dans nos vies qui facturait ses visites comme si bon le plaisir était pour vous et que elle ou il donnait une prestation digne de ce nom. Allez savoir d’où vient cette idée saugrenue mais il est démontré qu’une fois sur trois SF est un ex/une connaissance et dans le pire des cas un/une collègue. Je ne peux malheureusement pas trouver la dite preuve parce qu’il est 4h du mat lorsque j’écris ce texte et entre toutes les tâches que je vois à mon agenda je suis pratiquement certain qu’à un moment ça va partir en couille et que je maudirai toute la caféine que j’ai consommé mais bon que voulez-vous ?Revenons surtout au sujet principal de notre histoire les enfants :SEXFRIEND !Initialement je voulais vous faire une liste genre magasine mais je préfère répondre à certaines questions.

OUI. Si vous êtes célibataire, vacciné ( e ),en bonne santé et que dans la tête tout va bien et surtout que vous n’entretenez pas la flamme de qui que ce soit il vous faut un sexfriend parce qu’entre nous avoir quelqu’un sans chichi qui vous dépanne en weekend ou un de ces soirs qui ramasse ses affaires après et surtout qui vous laisse en extase est plus que necessaire.OUI il faut respecter SF parce que c’est fort probablement ce mec ou cette fille que vous avez longtemps friendzoné qui vous dépanne et puis bon on est pas sauvage et le respect et la politesse ne passeront jamais de mode.

NON. On ne présente pas (SF) aux amis, à la famille premièrement parce que ce n’est pas un trophée ou une nouvelle acquisition et parce que SF n’est pas un statut officiel ensuite vous ne voulez pas que les parents ou les bons amis vous demandent de ses nouvelles surtout lorsque vous etes célibataire depuis un certain temps et que le monde désespère de vous voir caser.

OUI.Je pense important de définir le type de relation,les règles au préalable ben oui parce qu’il y a eu des antécédents dans des couples que j’ai fréquentés et que vous ne voulez pas avoir le très tentant titre de bourreau des cœurs mais plus sérieusement parce qu’un engagement entre adultes doit être défini en bonne et due forme pour qu’à la fin personne ne se sente lésé.

OUI. Tests de routine, VIH et RPR(le test pour la syphilis) parce que vous ne voulez pas tomber malade ou vice versa. Rassurer son partenaire sur son statut sérologique reste un geste responsable.

OUI. Il faut prêter attention aux signes que la relation devient trop sérieuse et si vous passez à autre chose n’abandonnez pas SF comme la chaussette en boule qui tombe toujours à côté de mon panier à linge(dans ma tête je suis un as du lancer franc)

Tous ces conseils sont optionnels mais je sais d’expérience comment une relation sans lendemain peut se compliquer et comme il vaut mieux tard que jamais je demande pardon à toutes ces personnes que mon immaturité communicationnelle a dû blesser et je sais qu’au fond de moi vous aussi vous demandez pardon, en plein carême le bon catho que je suis vous pardonne même si au fond je vous ai enterré plus d’une fois. La vie est courte recrutez donc un sexfriend l’essayer c’est l’adopter (je ne sais plus qui a dit cette phrase mais elle n’est pas unanime) c’est presque le weekend amusez-vous bien et soyez sage !

Non classé

Je ne veux pas grandir!

Tout le monde me demande ce qui arrive à Mon Grain de Sel, je suis désolé de vous avoir faussé compagnie pendant un certain temps mais M. et moi, nous sommes de retour à nos facs respectives sans compter les activités en dehors des études qui bouffent notre temps. NON il n’y a pas eu rupture, tout va bien dans le meilleur des mondes et je promets solennellement de ne plus vous laisser aussi longtemps sans nouvelles. Alors du coupe je partage un petit souci avec vous.

Je me suis posé la question plusieurs fois. Comment j’allais aborder mon problème, un très grave problème… Je suis sûr que vous voulez tous savoir de quoi je parle n’est-ce pas? Ensuite vous me répondrez que vous êtes passé par là aussi. Zut !!!

Mon problème il est d’ordre numéral (oui les chiffres) ! Bon d’accord, j’ai 27 ans depuis le 22 aout mais ça vous le saviez déjà j’imagine. Mes amis commencent à m’envoyer des invitations à leur mariage, au baptême de leurs enfants et dans le pire des cas à la première communion de ces derniers. Jusqu’ici ça va, ben voilà mon problème c’est que je refuse de grandir. Ce n’est pas une métaphore je refuse VRAIMENT de grandir ! J’ai récemment eu à faire le calcul des factures à payer pour le mois je me suis mis à rire, bon c’est vrai que je ris tout le temps des obligations de la vie d’adulte parce que je préfère en rire que de me faire des insomnies.

J’ai récemment rencontré une amie de la famille qui au lieu de me dire à quel point j’avais bonne mine m’a déclaré de but en blanc :

-Il faut que tu aies un enfant à ton âge !!!

En temps normal, j’aurais rétorqué. Puisque sa progéniture à elle est plus nombreuse et plus âgée que moi,je me suis contenté de sourire et je lui ai sorti le blabla habituel : je ne suis pas encore prêt, je cherche encore la future mère de mes enfants etc. Toute cette mise en scène a duré probablement 15 minutes et j’ai maudit tous ces chauffeurs qui laissent leurs bureaux avant 16h.Lorsqu’elle est descendue du bus je n’ai franchement pas regretté son absence puisque les passagers derrière moi avaient commencé un débat sur l’âge idéal pour avoir un enfant.Moi,il ne faut pas me saouler avec ces histoires, je sais déjà que je veux des enfants  et je me suis fixé certains objectifs avant d’en avoir comme par exemple obtenir mon master.

Je comprends l’inquiétude de certains(les parents surtout) concernant l’absence d’enfants dans notre paysage mais bon on va être réaliste, nous ne sommes plus dans les années 80-90 où la vie n’était pas aussi chère qu’aujourd’hui, je rêve d’une belle maison près de la plage mais lorsque j’ai contacté mon banquier j’ai réalisé que je devrais travailler comme un damné le reste de ma vie pour rembourser intégralement l’emprunt  que la banque me ferait. J’étudie et je travaille en même temps, parfois il m’est difficile de garder l’équilibre dans mes horaires ellt dans mes relations humaines.En plus de ne pas savoir comment élever des enfants en Haïti .Je sais que mon histoire doit vous paraitre assez banale, puisque tôt ou tard toutes les personnes de mon âge pas encore casée ont droit au petit questionnaires, et je plains les femmes qui sont pratiquement harcelées pour savoir quand est-ce qu’elles seront prêtes à enfanter.De vous à moi,les enfants viendront lorsque nous serons prêts,merci  chère société de vous inquiéter de notre sort mais nous sommes suffisamment vieux pour établir notre propre timing de procréation !

Non classé

LA LISTE PRE-IRMA

Irma, plus coriace que son cousin Matthieu, la dame promet d’être endiablée durant son passage. Hier au supermarché j’ai réalisé que certaines personnes avaient pris au mot les nombreux avertissements diffusés en boucle via les réseaux sociaux : plus de pain car denrée non périssable par excellence(mais il devient vert après un temps non beurk).

Je regardais ma liste, une toute petite liste de jeune personne vivant seul dans une grande maison et je me suis mis à rêver de la liste idéale pour quelqu’un de ma tranche d’âge pendant que la ligne longue comme un jour sans pain, littéralement non. Et donc voilà ma liste plus ou moins imaginaire et je vous avertit déjà qu’elle n’engage que l’auteur du post et les gens qui se reconnaitront n’auront qu’à me remercier en privé( j’accepte cash, chèque et les cartes de crédit).

La Liste

1-BAE dans mon cas ce sera Boobie

Oui je place l’être aimé en première position parce que rien ne vaut un manteau humain durant les périodes de grand froid et les catastrophes naturelles, et surtout parce que je voudrais vraiment que M.se décide à venir me rejoindre cet aprèm snif snif je vais avoir froid moi.

2-Des préservatifs

Ben oui parce que personnellement des enfants je n’en veux pas dans l’immédiat et probablement parce que vous serez avec un partenaire pour vous réchauffez et que les enfants et les IST ne sont pas un truc à prendre à la légère

3-De la nourriture non périssable et de l’eau potable

Parce que Food is Bae (allo Stevenson !) et que vous ne voulez pas mourir déshydrater !

4-Du café et du thé

Pour vous réchauffez si vous êtes seul chez vous et surtout parce que ce sont des denrées qui se partagent facilement.

5-Du gaz propane

Pour ceux qui ont un four chez eux et qui savent cuisiner et aussi pour ceux qui peuvent faire bouillir des pâtes et cuire un œuf.

6-Des allumettes,des bougies,des piles électriques,une lampe torche

Le temps est couvert, et par mesure de précaution l’électricité sera coupée (mezanmi se pa komsi nou konn gen kouran pase sa tou) il vous faudra une source de lumière pour vous déplacer dans la maison ou l’espace dans lequel vous serez.

7-De l’alcool !

Et oui  en septième position, sept le chiffre parfait ! Hier j’étais ravi de voir que je n’étais pas le seul à faire le plein d’alcool : dans mon cas du vin (3 bouteilles) et du rhum. Mais ne vous gênez pas ! Approvisionnez-vous en alcool de votre choix je dis toujours qu’on en a jamais assez.

Mais bon trêve de plaisanterie ! Je vous prie de bien vouloir prendre au sérieux tous les avertissements que la presse que votre entourage vous donneront. Irma est un ouragan de catégorie 5 et il est imprudent de sous-estimer les impacts du dit cyclone

De vous à moi « Prekosyon pa kapon » restez au chaud et après le passage d’Irma soyez disposés à venir en aide à ceux qui auront été victimes de ses frasques.

 

PS :Je vous laisse en copie les numéro d’urgence.

Téléphone des Commissariat ou sous Commissariat de Port-au-Prince
Appelez en cas d’urgence.
1-Carrefour Tel: 38161111
2-Martissant Tel: 37177070
3-Port au prince Tel: 39421111
4-Delmas 3 Tel:33309191
5-Delmas 33 Tel: 38241111
6-Delmas 62 Tel: 37040475
7-Pétionville Tel: 37150163
8-Calvaire Tel: 33308737 9-Vivy Michell Tel: 36849123
10-Pernier Tel: 36465656
11-Crois des bouquets Tel: 38261111
12-Cazeau Tel: 22282213/ 37725360
13-Bon repos Tel: 48341964
14-Canaan Tel: 37837765
15-Duvivier Tel: 38470301
16-Morne a Cabrit Tel: 33306860
17-Cro Tel: 38361111/22241111
18-Base DDO Tel: 38201111/38211111
19-Cimo Tel: 38221111
20-UDMO Tel:  33361313

Non classé

Heureuse année

Heureuse année aux survivants de 2018, elle fut longue et tumultueuse mais nous en sommes sortis gagnants.

Heureuse année à ceux et celles qui ont pensé comme moi à en finir avec la vie mais qui ont finalement accepte avec courage de continuer.

Heureuse année à tous ceux et celles qui ont eu le cœur brisé.

Heureuse année à tous ces parents qui ont dû enterrer un enfant.

Heureuse année enfin à vous tous qui luttez pour que la vie soit meilleure!

Heureuse année ! Voici désormais la phrase que je répète assez souvent ces jours-ci aux gens que je n’ai pas eu la chance de rencontrer avant les fêtes de fins d’année. J’avais délibérément hiberné pour mieux cuver mon vin mais surtout par besoin de silence.

Comme chaque année je vais prendre un lot de résolutions que je vais essayer tant bien que mal de tenir et que je vais partager avec vous

1-AIMER PLUS

  Parce que tout simplement tout ce qui se fait par amour est bien et que la vie est trop courte pour la gaspiller en énergie négative

2-PARDONNER

Comme mentionne au point 1, la vie est trop trop courte pour laisser l’énergie négative des autres vous pourrir  

3-SOIGNER SES RELATIONS

Il est impératif de veiller sur ceux qu’on aime : les amis, la famille, et tous les proches. Cette question d’arriver en grande pompes lors des funérailles est une mauvaise habitude qu’il vous faut LAISSER UNE FOIS POUR TOUTE.

4-PRENDRE DU TEMPS POUR SOI

J’arrête tous les moralistes au rabais tout de suite : prendre du temps pour soi n’est pas de l’égoïsme. Le cœur et le corps ont besoin qu’on prenne soin d’eux. Prenez du temps pour vous, apprenez à dire non, refusez les offres qui vous embarrassent. DITES OUI au bien-être, aux pauses, aux vacances méritées. DITES OUI à la personne que vous voulez être

5-FAIRE LE MENAGE DANS SA VIE

Je ne suis pas du tout le genre « fée du logis » je suis vraiment bordelique comme personne. Mais il y a ce côté intransigeant en moi qui fait que je sois super intolérant vis-à-vis de certaines mauvaises habitudes de mes congénères humains. Débarrassez-vous des gens et des situations qui prennent le meilleur de vous. BALAYER LA NEGATIVITE et OUVREZ VOS PORTES A LA POSITIVITE !!!

6-COMMUNIQUER

Si GIO vous a offense merci de le lui dire en face ! Ne gardez pas votre rancune pour vous venez à moi

7-NETTOYER SON ESPACE VITAL

Il est important de garder son espace vital sain et propre j’y travaille encore mkonen nou wi looool

8- LES 3 P (PRODUIT, PRIX ET PACKAGE)

     NAIKA SAMPEUR va m’aider à écrire l’article sur le sujet

9-ECONOMISER

Oui les enfants nous vieillissons il nous faut mettre des sous de cote pour le futur et pour pouvoir se payer les belles choses qu’on aime.

10-VOYAGER

OUIIIIIII partez à l’aventure

PS :

Il n’y a pas longtemps mon couple a connu un moment de grande crise et dramatique comme je peux l’être j’ai fait à J la scène de sa vie. Bon ok j’ai un tantinet sorti la vaisselle des grands jours pour une dinette avec un petit enfant apeure. Nous avons tous les deux fait amende honorable et nous sommes repartis sur de nouvelles bases.

Pendant le temps qu’a duré la séparation j’ai compris la grande vertu de la communication : nous aurions vraiment pu ne pas en arriver là si nous avions discuté de l’incident préalablement je pense que certaines paroles blessantes n’auraient pas été prononcées. Mais bon comme on le dit il faut parfois tomber pour réaliser l’importance de cette réparation que nous avions un millier de fois reportée a plus tard.

Je me suis casse la gueule mais je me suis relevé et nous sommes aujourd’hui une équipe et un couple qui sait où il veut aller et ce qui est possible ou pas d’envisager a deux. Je ne pense pas qu’il y ait de formule toute faite mais je crois fermement que la communication peut épargner bien des conflits.

Gio

Non classé

Dépression…








Parler de dépression ! Voilà une chose que j’ai toujours voulu faire depuis ma sortie de thérapie, mais la gêne peut-être-là peur des jugements aussi mais surtout l’incertitude et le manque de mots pour parler de ce trou noir dans lequel j’étais sans m’en rendre compte.




Je me revois sortant de classe, en 3eme Verte un de mes aînés attendant près des escaliers.J’ai frissonné, sans avoir peur de lui sa présence me mettait mal à l’aise. Ils’est approché de moi pour murmurer « Met gason sou ou » et me recommander une énième fois de pratiquer une activité de « gason » la lecture selon lui n’en était pas une. Il y a eu aussi les fous rires que tu choisis d’ignorer, les faux-amis qui essaient tant bien que mal de te faire dire tout et n’importe quoi, les camarades et les profs qui sans s’en prendre à toi rient des plaisanteries douteuses. Et puis un jour une connaissance décide de mettre fin à ses jours, tu n’as que 16 ans, tu as compris que quelqu’un peut sortir de l’extase au désir d’en finir mais tu sais aussi qu’on ne doit pas en parler,dans ta famille il y a eu passif de maladie mentale et tu as peur d’être mis de côté. Tu as de l’embonpoint et tu continues de manger tes émotions.




Tu te rends compte que tu es pauvre parce que ta mère célibataire doit jongler avec l’argent pour joindre les deux bouts, tu fuis les fêtes d’amis pour ne pas porter les tenues que tu trouves ringardes, pas à la mode et puis tu préfères la compagnie des adultes que ton intelligence impressionne. Tu te donnes même à fond dans le bénévolat parce la misère des autres te fait oublier la tienne. Tu crées des personnages pour tes histoires tu les fait dire toutes ces vérités qui te bouffent au-dedans,tu pleures en silence la nuit et tu racontes à qui veut l’entendre que tu as les yeux irrités : un homme ça ne pleure pas comme on te le dit souvent.Tu as bientôt 18 ans, tu te questionnes !




Georges a pensé à cesser de vivre un jour, il n’avait rien de particulier. Il avait seulement marre de la vie. Il avait 22 ans, la plupart de ces amis se préparaient à boucler un cycle d’études tandis que lui il avait été obligé de travailler pour prendre soin de sa mère et de la maison. Georges a l’air bien, il collectionne les parfums, il est souvent à Miami, il fait la fête et boit beaucoup. Il s’est même mis à la cigarette, il n’a pas la voiture mais ses fréquentations lui assurent un accès permanent à une ou plusieurs voitures. Il aime les soirées arrosées qui se terminent à l’aube même si il doit travailler le jour d’après. Sa mère dont la santé décroit lui dit de faire attention à son alcoolisme mais Georges la rassure toujours même lorsqu’elle le confronte avec des bouteilles vides.




J’ai eu 25 ans, j’ai cru en la vie. J’avais la carrière que je voulais, et puis en 27 jours ma vie s’est écroulée. Je ne me suis pas rendu compte immédiatement que je m’enfonçais dans un trou noir et que je n’avais rien à quoi me cramponner.Et  puis le déni s’est installé !




Les cigarettes, l’alcool et les matinées arrosées n’ont plus suffit je commençais à me perdre ! J’ai rencontré mon psy et j’ai trouvé la lumière. Il y a des jours sans, des jours avec mais quand ça ne va pas je sais quoi faire maintenant. J’ai osé parler de dépression sur les réseaux sociaux et aujourd’hui je viens vers vous.




« Je suis Jacques Georges CASIMIR et je suis dépressif ! » 

Non classé

Chapitre 28

Travailler sur soi c’est un mal nécessaire

Il y a un an jour pour jour si je ne n’abuse j’annonçais sous forme de bilan ce que j’avais retenu et gagné de mes 26 ans et j’anticipais mes 27 ans et bien mesdames et messieurs laissez-moi vous dire que le cher Gio il a merdé.Oui j’ai merdé sur toute la ligne et je n’en suis pas fier.

J’ai surtout merdé financièrement, à force de compenser mon mal être par des dépenses discutables je me suis retrouvé dans le rouge plus d’une fois et il faut dire que j’avais tout vu venir. Les finances et moi ça fait pas bon ménage il aurait fallu que quelqu’un me prenne la main et me guide à travers ce dédale de la vie adulte. J’ai aussi piqué des crises lorsque certaines personnes mal intentionnées ont pris le malin plaisir à retarder leur paiement alors que la facture mentionnait lisiblement (j’utilise une police 14) la date de paiement. Je me suis discipliné et je me promets que plus jamais je ne serai dans le rouge par négligence ou par la faute de quelqu’un.

J’ai laissé filer M. je l’aimais bien mon tendre amour mais son mutisme et mon train de vie ont eu raison de nous. J’aurais pu lui donner tous les torts mais je n’ai pas de ressentiments puisque nous avons vécu les six plus beaux mois de mon parcours amoureux. Nous aurions pu recoller les morceaux mais tellement d’eau a coulé sous nos ponts que je suis certain que nous avons eu le temps de grandir et que nos objectifs ne sont plus les mêmes. J’ai eu la folle envie de jouer les fauteurs de trouble dans un couple mais je me suis pris une belle baffe sous forme de refus poli de déroger à certains pricipes, j’ai été friendzoné comme on dit. On va prier fort pour que je tombe amoureux à nouveau et que ce soit finalement mon âme-sœur. Mais au cours du processus j’ai aussi rencontré des personnes formidables qui rendent la vie moins dure aussi, on ne va pas jouer les ingrats. Je crois que les épreuves m’ont permis de consolider des amitiés vieilles comme Mathusalem et de mettre de côté la mauvaise herbe.

J’ai pardonné à mon cousin tous les torts que sa présence dans ma vie avait causés et je pense que sur son lit de mort il est parti serein.

Est-ce que j’ai retenu les leçons ? Certaines mieux que d’autres mais j’ai surtout accepté que la vie était courte et qu’il nous fallait apprendre à la respecter. J’ai encore beaucoup de travail à faire sur ma personne pour devenir une meilleure version de la personne que j’étais hier et une moins bonne que celle que je serai demain. J’aurai fini ce post avant minuit mais avant de partir siroter mon champagne (que je ne négocie pas d’ailleurs) je voudrais vous rappeler à tous que la meilleure façon d’être mal dans sa peau est de se comparer aux autres et aussi qu’il nous faut compter plus souvent ce que nous avons que ce que nous n’avons pas.

Je passe à mon chapitre 28, calme et serein parce que même si je ne sais pas de ce que la vie sera faite je crois fermement qu’elle sera meilleure. Je suis riche grâce à l’amour que toutes ces personnes qui font partie de ma vie me donnent. Je suis riche parce que j’ai vécu et que je me suis cassé la gueule. Oui j’ai pleuré lorsque j’ai reçu tout cet amour ! Après tout un anniversaire ça s’arrose !

Ban m lajwa

Voye lajwa papa.

Non classé

Je ne vous oublie pas!

Ouf !Enfin un peu de temps à moi (techniquement c’est faux j’ai des centaines de pages de travaux à lire et à produire).Je devrais me justifier avec un peu plus qu’une phrase mais ma carrière d’artiste multitâche est vraiment en conflit avec ma carrière d’étudiant pas si studieux que ça !

J’ai imaginé des dizaines d’intro hétéroclites pour me faire pardonner mais la vie est ce qu’elle est, dès que tu t’accordes une petite pause, le genre une semaine à toi, les factures et le temps arrivent à la vitesse grand V et les deux semaines prévues deviennent deux mois ou presque. Je me payais un petit burn-out et j’avais aussi un petit chagrin d’amour parce que je voulais bien reprendre les choses où nous les avions laissées M. et moi, malheureusement nous n’avons pas trouvé d’accord et je me suis à nouveau seul et désemparé (bonjour la déprime).Je vous demande pardon surtout à ceux et celles qui ont pris le temps de me demander de mes nouvelles pendant ma longue absence.

J’ai souvent besoin d’hiberner pour faire le point parce que voyez-vous j’ai merdé à certains niveaux et lorsque je prends le temps de repenser à ces actions je réalise que j’aurais pu mieux faire parce je savais qu’au fond il n’y aurait rien de bon si on partait sur cette base.

Mes productions littéraires sont surtout pédagogiques, je suis à ce tournant du semestre où tu deviens esclave de ton ordi et de la bibliographie que tu aurais dû consulter en début d’année j’ai malgré tout trouvé le temps pour un nouvel amour (Li gen menaj men ki mele m) et l’écriture du livre que vous demandez sans arrêt si on prend en compte la mise en page on va dire que je suis plutôt bien avancé et on va croiser le doigts pour que je finisse la rédaction d’ici octobre question de vous offrir un beau cadeau de fin d’année. Ceci étant dit je serai moins présent que d’habitude mais je ferai l’effort de vous garder au courant de l’évolution du livre et du crush.Pour vous récompenser de votre patience et de votre fidélité je publie ci-dessous un passage de votre prochain livre de chevet :

« Je ne voulais pas entendre ces discours surfaits que les professeurs vous rabâchaient en veux-tu en voilà. Je ne serais pas une femme soumise, je savais déjà à l’époque qu’aucun homme n’était vraiment à soi, nous étions légion ces femmes qui vivaient en copropriété avec nos maris :la journée ils appartenaient au bureau et à la maitresse et le soir ils rentraient nous retrouver. »

humeur·Maman

Un je t’aime pour ma maman et pour la vôtre…

Je vais bientôt avoir 28 ans, 28 années de ce combat avec la vie et Dieu seul sait combien de fois je me suis cassé la gueule et ce n’est pas demain que ce sera la fin de tout ça.

Le chiffre 28 ne me fait pas particulièrement peur au contraire je crois que c’est l’année de bonification afin de faire le grand saut dans la trentaine et atterrir sur ses deux pieds.

Même si mon année a plutôt mal commencé, je me tire tant bien que mal de ces situations plutôt désagréables dans laquelle la vie et certains de mes choix m’ont mises jusqu’à présent. Je n’ai pourtant jamais été aussi épanoui et les projets sur lesquels je travaille me feront tôt ou tard sortir de ma zone de confort. Je me suis jeté à l’eau et je reviendrai probablement les mains pleines.

Ce qui m’a toujours flanqué la trouille : perdre mes parents. Je sais que c’est dans l’ordre des choses et comme disait maman : « Pito se mwen,se pa ou ».

J’y ai repensé cette semaine, il y a quelques jours des amis que j’aime bien ont dit au revoir chacun de son côté à un parent. On a beau avoir tout ce qu’on peut imaginer on se retrouve toujours aussi impuissant devant la mort de ses parents et c’est vraiment à ce moment-là que s’arrête l’enfance.

C’est la première grosse gifle de la vie !
Nous sommes tous exposés à la fuite du temps, inévitablement et nos moments avec ceux que nous aimons sont beaucoup trop fugaces.

Profitez donc de ceux que vous aimez, redites-leur à quel point leur présence illumine votre quotidien.

La vie est pleine de surprises, je revois la chambre de maman, sa main sur la mienne et la douce chaleur de ce contact. Elle avait les yeux tristes au dernier moment mais trouvait toujours la force de répondre à mes déclarations d’amour.

J’ai le cœur gros en écrivant ces mots, parce que malgré tout ce qu’on raconte on ne les oublie pas, on ne les oublie jamais et même si on le pouvait je ne crois pas que je voudrais oublier toutes ces années d’amour.
Je vais avoir 28 ans et j’ai vraiment une humeur de merde ces jours-ci en dehors de la vie d’adulte et de tout le tralala qui vient avec, j’ai pensé au sourire de ma maman, à son regard bienveillant sur moi et à sa voix qui hurlait toutes les fois où je ne répondais pas au téléphone. J’ai pensé à tout cela et je me suis senti tout nu et j’ai eu mal, très mal. J’ai pleuré sur tout et sur rien, tous les prétextes étaient bons : le regard

des autres, la condescendance familiale, le père distant ou mes choix amoureux discutables oh des larmes j’en ai versé ces jours-ci.

Je sais que tout finira par aller mieux, j’ai reçu tant d’amour virtuellement que si chaque mot était un billet de 100 je serais devenu l’homme le plus riche du monde ce jour.

Je vais avoir 28 ans et pourtant dimanche mon cœur ne sera qu’avec ma maman là où elle est, je lui murmurerai un je t’aime parce qu’il n’y a pas d’âge pour dire je t’aime à sa ma maman vivante ou pas.

Si vous avez le bonheur d’avoir la vôtre à vos côtés dites-lui je t’aime !

Non classé

Mon grain de sel:1 an 1 jour

wp-image--1429317710

J’ai toujours pensé qu’être auteur était la carrière parfaite, petit déjà je m’entrainais à inventer des histoires, des contes de fées où les héros étaient sauvés par leur maman qui foutaient la raclée de leur vie aux dragons et autres monstres du genre avec un mythique ceinturon qui ressemblait à s’y méprendre à celui de ma maman (rires).J’ai fait mes premiers dans la poésie et c’est jusqu’à présent un de mes genres préférés, j’ai aussi écrit des nouvelles et je me suis même fait punir pour avoir écrit une histoire érotique assez pimentée, comme quoi les ado ne doivent pas parler de sexe. L’écriture comme thérapie, l’écriture comme expression artistique : pour raconter (Lou et Nayah par exemple) pour faire rire (Lalo Stevenson mon frèranm) ou tout simplement pour dire qu’on écrit. L’écriture comme arme hier, aujourd’hui et demain. Je pourrais m’étendre mais mes mots ne seraient pas assez nombreux.

Il parait qu’il faut que je vous raconte une histoire malgré le fait que mon inspiration soit restée quelque part au milieu de 80 heures de travail cette semaine. J’ai repensé ce billet plusieurs fois, en particulier parce que j’ai été interrompu plusieurs fois ou pour rester dans le vrai parce que je me suis tout bonnement endormi devant l’ordi .Il était une fois un homme et une femme non il était une fois un homme ou une femme qui voulaient vivre heureux mais qui en même temps voulait impressionner leurs pairs ils inventèrent la perfection et je me vois dans l’obligation de vous décrire la perfection pour que vous compreniez mieux ma conclusion.

L’homme parfait est grand 1m80 au moins, il est sportif il a des muscles là où il faut (surtout là où c’est nécessaire)il n’est pas trop cultivé il laisse ce genre de choses aux autres, il a un travail fixe et est en lice pour monter en grade dans la compagnie pour laquelle il travaille(il est parfois propriétaire de sa propre boite) il est arrogant parce que selon les canons sociaux il a bien réussi, il est envié de ses pairs.

La femme parfaite est quant à elle n’est ni trop grande ni trop belle ni trop femme. Elle n’est pas féministe, elle est soumise comme le recommande la bible. Elle est multitâche : elle peut tenir la maison, s’occuper des enfants, satisfaire son mari et au réveil elle a l’air de ces actrices qui se réveillent avec les sourcils bien fait. Elle a fait des études pas de trop grande études parce que ce serait faire ombrage à l’égo de son petit mari.

L’homme parfait et la femme parfaite ne sont pas mariés ensemble oh non ils sont mariés à ces amis qui nous étalent leur « bonheur » en veux-tu en voilà !

Monsieur ou Madame Perfection aurait voulu être marié à cette personne bien comme il faut que sa famille fréquente depuis des générations mais pas de chance, l’amour de sa vie est émancipé et ne veut pas de la perfection. La personne émancipée est peut-être vous ou moi, et la perfection ben bon moi je ne sais pas trop. Morale de l’histoire : LA PERFECTION N’EXISTE PAS en tout cas pas pour moi .Ce texte dit long sur moi ? Oui j’inclus une histoire dans une autre histoire et bam je laisse mes doigts suivre le cours de mes pensées.

1 an et 1 jour, 30 publications plus tard, des dizaines de commentaires, plus d’un millier de lectures nous voici réunis devant nos écrans respectifs pour célébrer le premier anniversaire de votre blog adoré. En 30 publications je me suis mis à nu : nous avons parlé amour, je vous ai cassé les oreilles avec M. Nous avons parlé sexe, nous avons parlé de tout et de rien, je me suis fait de nouvelles connaissances, j’ai rencontré d’autres bloggeurs extraordinaires. En peu de mots ce fut une année extraordinaire que j’ai eu le bonheur de partager avec vous. L’usage veut qu’on prenne une ou des résolutions mais bon mis à part vous promettre que je vais continuer d’aimer la vie et de la croquer à pleine dents je ne sais pas trop quoi faire comme vœu, ce serait un peu aller contre ma spontanéité naturelle. Pendant que j’y pense je vais peut-être revivre le grand frisson amoureux en espérant que ce sera le miracle cette fois-ci, avec moi on ne sait jamais. Merci à vous tous parce que sans vous Mon Grain de Sel serait passé inaperçu. Merci de tout cœur !!!

Gio

Non classé

Quand il s’agit de toi…

C’est l’une des phrases que reprend la chanteuse de mon nouveau tube préféré, une vraie déclaration sulfureuse (le genre que j’ai hâte de pouvoir écrire à quelqu’un) en bonne et due forme. A la dixième écoute j’ai réalisé tout de go que ce qui me faisait flipper dans toute l’histoire c’est que lorsque nous tombons amoureux (se) moi inclus nous oublions à quel point il est important de se choisir soi-même avant de pouvoir s’offrir à l’autre.

Combien de fois je me suis oublié pour mieux aimer l’autre ?1, 10,100 fois au cours desquelles nous avons fait passer notre bonheur après celui de l’autre.

Aujourd’hui c’est le jour où je me choisis moi, je me prends avec toutes mes imperfections que je vais apprendre à aimer, je vais faire de mon mieux pour devenir un meilleur compagnon pour moi-même et pour mon entourage et je me souviendrai que l’erreur est humaine lorsque j’aurai l’impression de vouloir tendre vers la perfection.

Aujourd’hui c’est le jour où tu vas te choisir toi ! Parce que s’aimer est bon pour la santé et qu’il n’y a rien d’égotiste à se choisir avant de choisir les autres. C’est aussi le jour où tu vas te pardonner de t’être mis sur la touche pour plaire à quelqu’un d’autre ou tout simplement être quelqu’un d’autre.

Ce soir je vais me regarder dans le miroir, je vais me sourire et je vais me dire salut à haute voix. Tant pis si on croit que je suis fou, je vais me présenter des excuses, je vais me regarder avec un nouveau regard sans les préjugés de la société. Je vais aussi me dire que je suis beau et que même si la route me parait longue que les efforts ne sont pas vains. Je vais aussi me promettre de relever à chaque fois que je tomberai puisque les chutes font partie du jeu. Ce soir ce sera le début de ma nouvelle ère je n’ai aucune idée de la route que la vie me fera prendre et je me laisse guider comme un aveugle, je rencontrerai peut être le fameux grand amour de ma vie qui sait ? Ou mieux encore j’écrirai le livre qui fera de moi un auteur célèbre. Je ne sais vraiment pas et je ne veux pas savoir non plus, la vie est tellement belle que je vais la vivre intensément et me battre comme un grand pour mener à terme tous mes projets vraiment tous !Et je vais surement justifier le fait de ne pas vouloir d’enfants à l’aube de mes 30ans mais ça ce sera une autre histoire.

L’exercice du jour sera le suivant : prenez une feuille blanche, notez-y vos angoisses, vos peurs, vos échecs. Une fois la liste terminée, déchirez la ce sont des choses qui vous emmerde et c’est aussi la situation dans laquelle vous ne voulez plus vous retrouver. Prenez une seconde feuille notez-y vos rêves les plus fous, des souvenirs qui vous apportent la joie au cœur et affichez la dans une pièce dans laquelle vous vous retrouvez souvent moi par exemple je vais l’accrocher sur mon miroir et chaque matin relisez la pour vous rappeler les raisons pour lesquelles vous vous battez tous les jours. Vous m’en donnerez des nouvelles !

A bientôt